Maisons Sin'Doreis sur le Culte de Rive Noire Index du Forum
Maisons Sin'Doreis sur le Culte de Rive Noire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La descendance de Dïom Saen'Thalas.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Maisons Sin'Doreis sur le Culte de Rive Noire Index du Forum -> Les Archives -> Histoire de la Ville -> Anciens Récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Horemakhet né-du-soleil
Maison Celwë'Belore

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2012
Messages: 384
Niveau:
Royaume: Quel'Thalas

MessagePosté le: Sam 16 Mai 2015 - 11:56    Sujet du message: La descendance de Dïom Saen'Thalas. Répondre en citant

Citation:
Ce récit est l'oeuvre de Dïom Saen'Thalas, je n'ai fait que le retranscrire sur notre forum en ôtant certains passages hrp périmés. Il permet de mieux saisir la personnalité du Patriarche Dïom Saen'Thalas et par conséquent comprendre l'origine de la réputation de sa maisonnée, aux mœurs si dissolus.

-Fiche de la Maison Saen'thalas: http://projetsang.vraiforum.com/t2947-La-maison-Saen-Thalas.htm

-Récit originel: http://sang.bbactif.com/t31-background-diom-saen-thalas




Citation:
L'histoire Dïom Saen'Thalas m'a paru un peu extravagante, surtout en comparaison de celles de ces nombreux enfants, je l'ai donc intégré en fin de récit.


Dïom a épousé une héritière d'une maison elfique jusque là restée très éloignée pour la ratacher aux Saen'Thalas. La dame en question s'appelle Rishia Bodesah (Rishia Saen'Thalas depuis son malheureux mariage). Elle a d'abord cru au rêve impossible en constatant que le frère de l'héritier Saen'Thalas voulait l'épouser, elle, la fille d'une famille inconnue d'herboristes isolés.
Elle a fini par comprendre au bout de quelques années que son adorable mari n'attendrait rien de plus d'elle que d'être un ventre pour accueillir des enfants. Elle a rabatu la totalité de son affection sur ses enfants, et il n'est pas impossible qu'elle ait eu pas mal d'amants... et potentiellement d'enfants illégitimes qui se cachent au milieu des légitimes. En effet, Dïom doit avoir une descendance, mais il se fiche complètement de savoir s'il est le père ou non... Rishia a envisagé de s'enfuir à de nombreuses reprises, mais pendant le premier siècle elle a eu trop peur de tout perdre pour le faire, puis elle a fini par accepter sa situation en abusant de tous ses avantages (maisonnée payée par Arorshal, vie sans obligation autre que de porter un enfant de temps en temps, etc.).


Dïom et Rishia ont eu pas mal d'enfants (et ça devait d'ailleurs être une des deux seules activités qu'ils devaient faire en couple autre que s'engueuler régulièrement les premières années, le temps que Rishia finisse par admettre qu'elle n'arriverait jamais à le faire s'intéresser à elle ou à leurs enfants, l'autre activité étant se présenter en couple pendant les quelques soirées de famille où la présence des deux simultanéments était indispensable) pour la seule et unique raison qu'on a un peu "poussé" Dïom a en avoir... il a fini par accepter à la condition que jamais il n'aurait à faire quoi que se soit pour eux. Arorshal a fini par engager une personne chargée de leur servir de père, mais les deux premiers n'ont pas eu le temps d'en profiter avant d'être adultes.

Firis a été le premier fils de Dïom, né peu après leur mariage. Totalement élevé par sa mère, il a appris simultanément à détester son père, tout en développant un énorme complexe d'oedipe. Il est jaloux à mort de sa petite soeur Ryle, car elle est également très proche de leur mère. Comme sa mère est issue d'une famille d'herboriste, il s'est naturellement tourné vers les plantes et l'alchimie.

Après une tentative ratée pour empoisonner Dïom, sa mère a réussi à lui faire comprendre que tuer son père ne ferait que leur attirer des problèmes. Il a depuis laisser tomber l'idée, et a fait ce qu'il a pu pour partir avec sa mère dans la demeure familiale des Bodesah. Jusqu'à la disparition de Dïom Rishia a toujours refusé. Firis ne s'est jamais marié bien qu'il ait eu plusieurs aventures avec quelques servantes et autres filles de la populace. Il est probable que quelques enfants trainent dans un coin, mais il s'en fiche comme de sa première tétine. La seule femme dont il voudrait un enfant est sa mère, mais il n'est pas prêt à la violer pour ça...



Ryle (prononcez "Raïlé") a un an de moins que Firis, mais beaucoup plus de caractère, et beaucoup plus les pieds sur terre. Jeune, elle a vu des hommes lui tourner autour, et elle a compris que jamais elle ne serait donnée à un homme comme l'a été sa mère. Elle a donc pris sur elle de se tourner vers la voie des armes et la guerre pour fuir un mariage qui la hantait (précisons que cette idée lui est venue trèèèès vite et n'est jamais sortie...).
Elle a réussi à obtenir de son père le droit de choisir sa vie (en même temps c'était facile à l'époque d'obtenir quelque réponse que se soit de Dïom ; il suffisait d'aller l'embêter pendant une expérience, et il répondait presque toujours "mais qu'est-ce que tu veux que ça me fasse ! Fais comme tu veux et maintenant dehors !") et n'est restée à la demeure familiale que pour veiller sur sa chère mère dont elle était... ce n'était pas de l'amour... enfin au départ si, mais à moyen terme c'est devenu... du mépris et de la haine...

Sa mère était passée d'héritière d'une famille noble même si inconnue du grand public à... putain et potiche. Du moins c'est ce que Ryle a fini par en comprendre au fil des années. Avec le temps et les poussées d'hormones elle a fini par s'intéresser aux hommes, et s'est trouvé un époux... enfin, un type avec qui elle couchait et dont elle attendait des enfants, que dans le fond elle aimait bien... Elle n'a jamais réussi à garder un seul des enfants qu'il lui a fait, à cause de ses entrainements intensifs qu'elle n'a jamais voulu interrompre. Quand son mari est mort en prenant une lance destinée à Ryle(l'histoire ne dit pas si c'était volontaire de sa part ou si c'était une coïncidence), pendant la grande guerre contre les orcs (cf Warcraft 2, peu de temps avant que l'Alliance ne détruise la Porte Noire), elle pris conscience de ce qu'elle lui avait fait. Elle pris conscience du fait qu'en voulant éviter de subir le même sort que sa mère elle est devenue son père.
Elle est immédiatement rentrée pour s'excuser auprès de sa mère, et est devenue instantannément sa garde du corps. Certaines rumeurs disent qu'elle est également sa maitresse.
La seule chose qui en est sure, c'est que Firis en voulu à mort à Ryle. Cette dernière le sait et a clairement expliqué à son "grand" frère que s'il lui en reparlait, quel que soit le ton employé, quel que soit la raison, elle le tuerai. Depuis, elle l'a surveillé avec beaucoup d'attention, ne sachant pas si elle a bien fait de le menacer, ou si elle regrette d'avoir ainsi perdu son frère. Elle a également fini par réaliser qu'elle aime bien son père, même si elle a du mal à être agréable en sa présence. Elle aime bien sa soeur Mina même si elle est un peu jalouse du fait qu'elle ait eu un père. Par contre, elle a eu des rapports dont elle a été la première surprise avec Valentine.

Après avoir vu quels tarés étaient Firis et Ryle, Arorshal a préféré prendre deux décisions importante : demander à Dïom de faire une déclaration publique comme quoi parmi ses enfants seul le premier qui aurait un enfant adulte hériterait (histoire d'être sur que la famille perdure ; Firis a essayé d'empoisonner son père une deuxième fois quand il a appris ça, et seule une grosse baffe de sa mère lui en a empêché), et ensuite faire engager un beau, fort et intelligent précepteur pour les futurs enfants de Dïom (le troisième était déjà né mais pas encore capable de parler le temps qu'Arorshal le sélectionne ; ça explique peut-être qu'il ait été choisi avec quelques ratés ).

C'est donc à partir de ce moment là que Florimon Gurzanentre dans la famille. C'était un membre d'une famille bourrées de dettes. Il était honnête franc et loyal quand Arorshal l'a engagé pour s'occuper des enfants de Dïom comme s'il était leur père. Firis lui a fait passé un séjour dans la demeure familiale suffisamment dur pour qu'il finisse par perdre un peu les pédales, et par décider au bout d'un peu plus d'un siècle qu'il deviendrait mieux leur père s'il était l'amant de Rishia. Elle l'a accepté plusieurs fois dans son lit pour se faire plaisir, mais l'a vite rejeté quand elle a réalisé qu'il voulait plus que du sexe. Il l'a un peu harcelée, jusqu'à ce que Firis le rende très gravement malade. Il n'a pas osé le tuer de peur des représailles, et avait de toutes façons envie de le faire souffrir longtemps. La guerre a donné une opportunité à Firis d'aller le voir et de le livrer à un groupe de gobelins à condition "qu'ils jouent avec lui avant de le manger" (rappel : à l'époque de la guerre contre les orcs, les gobelins faisaient partie de la horde). Personne ne sait ce qui lui est arrivé.



Mina a été la petite poupée de Rishia. Une vraie fille élevée comme telle par deux parents (même si elle a très vite compris que Florimon n'était pas son père biologique), elle a donc logiquement reçu toute l'affection que sa mère réservait à sa petite fille chérie. Bien sur, Ryle en a d'abord été verte de jalousie, puis à fini par tomber sous le charme de la petite beauté pure et innocente. Mina a été par contre véritablement harcelée par son grand frère, qui une fois qu'elle était adolescente a menacé de la violer, de la battre et de l'empoisonner plus d'une fois pour lui apprendre à ne pas lui voler Rishia.
Il n'a jamais pu y parvenir, dans un premier temps grâce à Ryle, et dans un deuxième temps grace à Rishia. Cette belle petite malgrés quelques nuits interrompues par son frère pu bénéficier d'un vrai père, et d'une éducation presque normale. Elle fut mariée avant d'atteindre l'âge adulte puisqu'elle plaisait bien (encore une précaution d'Arorshal, qui a envisagé à ce moment d'embaucher un assassin pour résoudre le "problème Firis" si jamais ce plan se déroulait mal). Son époux (à définir s'il intéresse quelqu'un comme père) a emmené Mina loin de la demeure familiale.



Tandi a donné un véritable coup de jeune dans la famille. Pour une fois, naissait une enfant directe de Dïom et Rishia qui n'était ni une erreur ambulante, ni une poupée. Tandi était un peu garçon manqué, mais pas au point de Ryle, tout en étant tout sauf une petite fille modèle de sa maman chérie. C'était plutôt une gaffeuse turbulante qui aimait courir partout dans les jardins pour grimper aux arbres et lancer des petites branches sur les animaux qui passaient, ou sur ses fères et soeurs. Son côté décalé lui a permis de passer entre les mailles de Firis et Ryle, et de vivre une enfance à peu près heureuse.
Les nombreuses libertés qu'elle prenait ont fini par lui attirer des problèmes (en particulier une fausse couche avant son premier mariage, ce qui lui a donné une très sale réputation auprès des familles proches), ce qui a précipité son départ dans les bras du premier homme qui voulait bien d'elle (et dont la famille était prête à subir le déshonneur de marier leur fils avec une trainée, en échange d'appartenir à la famille Saen'Thalas).
Elle est morte assez jeune bouffée par une maladie inconnue avant l'arrivée des Orcs. Elle a cependant eu le temps d'avoir une descendance, mais des rumeurs courent sur le fait que sa maladie était peut-être héréditaire, même si les enfants seraient plus résistants et devraient à priori y survivre.




Jarol devait remplacer Firis aux yeux d'Arorshal (ben oui, Arorshal devait bien avoir des projets vis-à-vis de la descendance de Dïom, et ce dernier, s'il était au courant, n'en semblait pas plus offusqué que ça). Ce dernier s'est donc occupé à en faire un homme intelligent, malin, habile et prêt à employer les gros moyens quand nécessaire. Il l'a fait orienter très jeune vers la magie et la démonologie pour qu'il puisse bien comprendre qu'il y a des forces dans ce monde qui permettent d'accomplir ses ambitions. Jarol, patient et pragmatique dès sa plus tendre enfance, pris quelques années pour étudier les deux avant de décider qu'il étudierait les Arcanes. Il compléta également son entrainement de manipulateur auprès de son frère, qu'il réussi à convaincre de lui enseigner l'alchimie. Tout allait pour le mieux pour lui, jusqu'à ce que son mariage soit planifié.

C'est là qu'il apprit qu'une personne le haïssait plus que tout au monde (et en particuliers, plus que Dïom ou Arorshal), à savoir Rishia. Pour elle, Jarol n'était qu'un enfant maudit qu'elle n'a jamais pu élever, qui n'est pas à elle. Elle a réussi à lui faire horriblement peur du haut de sa folie, ce qui l'a convaincu de partir dans sa nouvelle famille plutôt que de rester dans son ancienne. Les seules nouvelles qu'il a donné ont été quand il a envoyé ses enfants chez les Saen'Thalas, pour qu'ils puissent s'ils le désirent faire valoir leur droit à faire rejoindre leur famille d'origine.



Lazuli est un des petits derniers et a eu plein de soucis. Il est passé derrière tous ses frères et soeurs, ce qui ne l'a pas aidé à s'affirmer.
Son "père" a commencé à mal tourner quand il était adolescent, ce qui ne l'a pas aidé à trouver des repères sains pour sa vie. Il était un peu efféminé ce qui ne l'a pas aidé à se sentir à l'aise auprès de ses frères et cousins. Il a cependant réussi à trouver son bonheur lors d'une rencontre avec un membre de la famille qui était dans les ordres. Lazuli a alors quitté l'enfer familial pour rejoindre son parent, et ne l'a jamais regretté. Il a été surpris de recroiser sa famille lors de la guerre contre le Fléau, mais a malgrè tout été heureux de mourir pour les défendre.

Lazuli a été marié sans la bénédiction de sa famille d'origine (puisqu'il l'a fuis) mais à sa mort Arorshal a autorisé son épouse et ses descendants à rejoindre les rangs des Saen'Thalas s'ils le désiraient. Bien que certaines personnes supposent qu'il y a eu plus de motivation pour cette décision que simplement de la compassion, on ne sait pas vraiment ce qu'il y avait à gagner à inviter plus de bouches à nourir pendant cette période si difficile, qui sonna le glas des Hauts Elfes, et l'arrivée des Elfes de Sang.




Valentine; est née peu avant que Florimon ne finisse par devenir lui aussi un peu fou. Elle a été principalement élevée par Ryle.
Rishia commençait à se désintéresser de ses enfants, et Ryle n'arrivait pas à en avoir. Cette dernière a donc pu obtenir de son père et de sa mère le droit d'élever la petite dernière. Valentine n'eut pas une enfance facile, entre autres à cause du goût pour la guerre de sa sœur et de son beau-frère. Elle a cependant appris à respecter Ryle et à lui obéir, et quand Ryle appris que Florimon faisait vraiment des siennes (elle se tenait toujours au courant de ce qui se passait à la demeurre familiale), elle a chargé Valentine de le surveiller, et de rassurer sa mère. La petite non seulement réussi sa mission avec brio, mais en plus y pris goût. Elle devint très vite l'espionne de sa grande sœur, ou sa messagère secrète selon les moments.

La guerre arriva bien vite cependant, et mis un terme à la "belle" vie de famille lors de la mort du mari de Ryle. Valentine suivi alors sa soeur chez Dïom, où elle fut très vite abordée par Arorshal. Celui-ci avait eu vent des talents de camouflage de la petite, et a voulu les utiliser "pour le bien de la famille". Valentine n'accepta qu'avec l'accord de Ryle et Rishia (non pas qu'elle ait quoi que se soit à faire de l'avis de la vieille peau, mais ça semblait faire plaisir à Ryle), ce qui a fait d'elle une messagère et une éclaireuse importante après la chûte des Hauts Elfes. Elle est la seule membre de la descendance de Dïom que celui-ci ait retrouvé à son retour, et il a commencé à afficher pour elle un respect et une affection qui, même s'ils sont négligeables pour un père, sont tout de même supérieurs à tout ce qu'il a pu exprimer pour qui que se soit de sa famille.

Elle n'a jamais été marriée, chose qui représente une aubaine aux yeux d'Arorshal, afin d'étendre la famille. Ce que tout le monde ignore, c'est qu'elle a malgrés tout été capable d'avoir deux enfants sans que personne ne soit au courant et que personne ne les connaisse. Ses deux petits savent très bien qu'ils sont illégitimes, mais les temps sont durs pour les elfes de Sang, et peut-être qu'ils rentreront chez eux d'ici peu, pour retrouver une famille.




Dïom Saen'Thalas:

Dïom est né en tant que petit frère et c'est bien ce qui a failli causer sa mort un certain nombre de fois. Pour commencer, il a fallu s'assurer qu'il ne poserait pas de problème pour la succession, puisqu'il est né une quarantaine d'années après Arorshal, soit assez tard pour que son aîné comprenne tout de suite que le tuer serait une solution pour assurer qu'il soit le seul à hériter. Donc on a clairement fait comprendre à Arorshaïl qu'il serait le futur chef de famille, et que jamais son petit frère Dïom n'aurait quoi que se soit à revendiquer de plus que l'hébergement et l'entretien du à son rang. Et Dïom a été entièrement éduqué à être insignifiant et en arrière plan. Etrangement, il y pris goût plutôt facilement, et s'est au final très vite retrouvé à n'être plus qu'un rat de bibliothèque passant plus de temps enfermé un livre sur les genoux qu'autre chose. Il développa ainsi quelques forces : une grande intelligence, un goût pour la connaissance et l'expérimentation, une capacité à rester totalement transparent malgrés son haut rang, et une absence d'ambition assez remarquable si on exclus bien sur son envie de faire "une grande découverte scientifique".

Ces quelques qualités lui ont permis de se faire nourir/loger/financer/équipé par Arorshal pendant de très longues années sans aucun problème. Il finit même par devenir conseiller de son frère, son manque total d'ambition lui évitant le syndrome du grand vizir. ll accepta également de se marier pour les besoins de la famille, et même s'il respecte tout à fait son épouse (qu'il connait à peine malgrés quelques siècles d'un mariage pas si malheureux) il ne s'est jamais occupé de ses enfants qu'il a longtemps considéré comme des formalités administratives plus que comme des membres de sa famille. Il a tout de même essayé de leur faire comprendre pourquoi ils ont du se trouver un autre père, mais se fut une peine perdue. Ses enfants l'ont boudé pendant longtemps, mais le seul problème qu'il eut avec ça a été de réussir à maintenir un minimum de bienséance pendant les (trop nombreuses à son goût) grandes soirées où sa présence était indispensable. Il n'a rien contre eux bien au contraire, mais il n'a jamais eu le temps et l'envie de s'intéresser aux autres. Cette caractéristique a fait de lui le parfait petit diplomate.

En effet, Arorshal a très vite compris à quel point Dïom pouvait faire un bon diplomate : il était intelligent, détaché, sans ambition, et avait tout intérêt à pouvoir rentrer chez lui sans risquer de se faire planter une dague dans le dos. Il a donc du apprendre un peu malgrés lui à devenir juste assez sociable pour servir de diplomate au service de son frère. Soit. Apprendre la diplomatie ne lui a pas posé de problème.

Mais pendant tous ces siècles, Dïom avait une sensation de manque, d'ennui. C'est donc tout naturellement qu'avec l'arrivée des humains parlant de la menace des Orcs, Dïom partit immédiatement "négocier" avec le peuple d'Azeroth. En fait, il s'installa chez eux et envoya régulièrement des lettres à Arorshal pour lui apprendre tout ce qu'il voulait savoir. Enfin, il prevoyait d'écrire régulièrement. S'il avait eu l'occasion de le faire, il ne s'en serait pas privé.

Quand les Orcs ont traversé l'Océan Majeur ils attaquèrent très vite un petit avant poste humain. Ils massacrèrent tout le monde. Depuis cette attaque sur le fort qui logeait Dïom, la famille Saen'Thalas n'entendit plus parler de lui.



Avec le temps, Les Elfes de Sang eurent des nouvelles de leur prince expatrié en Outreterre, et joignirent la Horde. Arorshal prit les dispositions qui s'imposaient pour assurer à sa famille une place respectable dans ce monde nouveau. Quelle ne fut pas sa surprise le jour où il rencontra l'émissaire envoyé par Ogrimmar pour négocier avec son peuple ! Dïom était méconnaissable, mais c'était bien lui. D'ailleurs, il expliqua très vite à son aîné que oui, il était de retour, il fallait seulement lui laisser quelques mois le temps de plier des affaires chez les Orcs, et de convaincre Thrall de lui donner enfin sa liberté.

Car Dïom réussit à ne se faire que capturer par la Horde lors de l'assaut qui le fit disparaitre. Usant de ses petits neuronnes avec brio, il réussit à être utilisé par Doomhammer comme source d'informations concernant les terres des hommes, puis ses connaissances diverses et variées furent exploitées aussi bien par les gobelins que par les orcs. De fil en aiguille, il parvint à se faire plus ou moins accepter en tant que serviteur puis assistant/esclave de divers sorciers et chamans, jusqu'au jour où Thrall dirigea l'exode vers Kalimdor. Dïom réussit encore une fois à se faire emmener vivant plutôt que tué net, et utilisa toutes ses méninges pour approcher Thrall, dont il compris très vite qu'il serait plus sensible à sa situation délicate. Thrall finit par accepter d'utiliser Dïom comme émissaire, moins dangereux en cas de capture que Grom Hellsream Warsong ou tout autre chef Orc. Et progressivement, en s'armant de patience, il finit par convaincre Thrall de l'utilité de s'allier avec les Elfes de Sang. Le chef Orc a du se douter qu'il s'agissait plus d'une manière pour Dïom de revoir les siens qu'autre chose, mais en même temps ses arguments étaient solides, et après tant d'années de servitude mais surtout de bons et "loyaux" devoirs accomplis, Dïom pu visiter les différentes maisons de nobles Elfes de Sang en tant qu'émissaire de Thrall.


Il y eu cependant une chose qui fit vraiment tâche dans le décors, et qui justifia que Thrall l'invite à rentrer chez lui. Après tout ce temps passé chez les Orcs, à parler Orcs, à penser Orc, et à vivre Orc, Dïom finit par perdre un peu les pédales et oublia assez vite son ancienne vie. Il oublia en particulier beaucoup du protocole Elfe, et parle désormais presque mieux Orc qu'autre chose. Il a même oublié le peu de commun qu'il parlait, ou même tout le protocole de sa famille ! Il finit donc inévitablement par faire des bourdes inacceptables par la haute noblesse elfique, et Thrall profita de le limoger pour lui rendre sa liberté.

A côté de ça, il passa également beaucoup de temps à apprendre à se battre chez les Orcs. Il fallait bien à l'occasion apprendre à repousser l'envahisseur centaure. Il découvrit à sa grande surprise qu'il aimait ça, et que le frisson du combat était le manque qui l'avait toujours hanté. Ajoutons à celà les récentes découvertes liées à un naaru, et on obtient alors très vite un mangeur d'encyclopédies reconverti en tant que Paladin.

Il est donc rentré chez son frère depuis à peine quelques mois, mais s'est déjà beaucoup fait remarquer pour ses attitudes étranges, son apparence bizarre (son "séjour" chez les Orcs l'a marqué au fer rouge... dans tous les sens du terme...), son langage de barbare (même s'il préfère qu'on dise "d'orc"), et sa place pourtant indéniable dans la famille Saen'Thalas...

Il a depuis essayé de sympathiser avec les autre membres de sa famille, pour renouer des liens avec tout le monde, mais il n'était déjà pas doué avant sa capture pour identifier ses propres enfants, et ça ne s'est pas arrangé avec le temps. Mais peu importe ! Maintenant qu'il est de retour, il va faire ce qu'il peut pour se sentir à nouveau chez lui ! Et cette fois c'est promis, la petite tour qui lui sera prêtée n'explosera pas.

http://sang.bbactif.com/t31-background-diom-saen-thalas
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 16 Mai 2015 - 11:56    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Maisons Sin'Doreis sur le Culte de Rive Noire Index du Forum -> Les Archives -> Histoire de la Ville -> Anciens Récits Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Modifiés et personnalisés pour ProjetSang,
par Christopher Jorissen et Lodjay.